Karine Huts redonne vie au couvent de Malines

Karine Huts, épouse de l’entrepreneur logistique et milliardaire Fernand Huts, va transformer le couvent des Carmélites de Malines en un musée consacré à l’art latino-américain. Le site de 4 300 mètres carrés abrite actuellement le siège de l’entreprise de traitement des déchets Indaver, qui fait partie de Katoen Natie. Parmi les autres fonctions possibles, citons un espace pour les artistes en résidence, des installations de restauration et un auditorium qui pourrait être installé dans la chapelle. La cour intérieure avec le jardin devrait être couverte d’un toit en verre. Karine Huts est née à Malines et souhaite faire un cadeau à sa ville natale. Le bourgmestre de Malines, Bart Somers (Open VLD), se réjouit de pouvoir annoncer le réaménagement du monastère avant les élections municipales d’octobre prochain. Après les Boerentoren à Anvers, le couvent des Carmélites de Malines est le deuxième site à bénéficier d’une nouvelle réutilisation publique par la famille Huts.

Continuer à lire…


NOUVEAU – Charles Beauduin et les mathématiques supérieures des actifs d’impôts différés

Charles Beauduin (Photo: Belga Images)

L’entrepreneur bruxellois Charles Beauduin traverse une période difficile. Son entreprise Vandewiele, un fabricant de machines textiles, doit faire face à une perte d’exploitation de 3 millions d’euros pour un chiffre d’affaires en baisse (de 944 à 807 millions d’euros). Mais après les retours financiers, cette perte se transforme en un bénéfice avant impôts de 70 millions d’euros. Le résultat final est un bénéfice net de 108 millions d’euros, en partie dû à la reprise de 57 millions d’euros d’actifs d’impôts différés. Le point sensible de cette histoire est la participation de 22 % que Beauduin détient dans Barco, société cotée en bourse, à la fin de l’année 2023. Les mauvais résultats ont fait chuter le cours de l’action de Barco de 23 euros fin 2022 à 16,5 euros fin 2023. La société reprend alors 132 millions d’euros d’une plus-value précédemment comptabilisée sur ces actions. Cette plus-value est encore de 26 millions d’euros dans le bilan de Vandewiele à la fin de 2023. Mais au cours actuel de l’action Barco de 11 euros, cette plus-value de 26 millions d’euros se transforme en une perte de 84 millions d’euros. Charles Beauduin doit donc faire tout ce qui est en son pouvoir pour faire remonter le cours de l’action cet automne.

Continuer à lire…


NOUVEAU – Un héritage fait de la Fondation Roi Baudouin le copropriétaire de l’hôtel de Malmedy

MY Hotel à Malmédy

Dimitri Delvenne est décédé à la fin du mois d’août de l’année dernière à l’âge de 45 ans à Saint-Tropez, en France. Delvinne était propriétaire d’un magasin de vêtements bien connu à Malmedy. À l’époque, son père Jospeh, décédé en 2020 à l’âge de 75 ans suite du covid, avait co-investi dans le MY Hotel à Malmedy, un hôtel moderniste situé à 10 kilomètres du circuit de Formule 1 de Spa-Francorchamps. Dimitri Delvenne ne s’est jamais remis de la mort soudaine de son père. Son héritage ira à la Fondation Roi Baudouin (FRB). Celle-ci contrôle désormais 33 % de l’hôtel MY à Malmedy. La FRB co-investit à son tour dans la start-up Risorce, une entreprise qui recycle les pneus de voiture usagés.

Continuer à lire…


NOUVEAU – L’accord avec Mondelez fait de la famille Boone la quatrième famille belge la plus riche

Jan Boone

Le cours de l’action Lotus Bakeries flirte depuis plusieurs mois avec le seuil des 10.000 euros. Le partenariat de Lotus avec le géant américain Mondelez, annoncé aujourd’hui, pousse désormais de manière convaincante le cours de l’action à 10 150 euros. La famille Boone-Stevens contrôle 50 % du producteur de spéculoos et voit sa fortune grimper à 4,12 milliards d’euros, ce qui lui vaut d’emblée la quatrième place de notre classement. La famille du PDG de Lotus, Jan Boone, n’a plus qu’à devancer Eric Wittouck et les actionnaires d’AB Inbev, Alexandre Van Damme et de Spoelberch. A noter que le président de Mondelez, Dirk Van De Put, est également administrateur du géant belgo-brésilien de la bière AB Inbev. Jan Boone entre donc définitivement dans la classe supérieure des Belges fortunés. La question se pose donc immédiatement de savoir si la famille Boone encaissera ou non l’intégralité de sa participation dans Lotus dans le cadre d’un nouvel accord avec Mondelez, le géant américain qui réalise plus de bénéfices que le chiffre d’affaires de Lotus, mais qui est également mentionné dans des documents moins éthiques.

Continuer à lire…


Dirk Van De Put, haut dirigeant belge de Mondelez, ouvre le marché indien à Lotus Bakeries et à la famille Boone

Dirk Van De Put (Foto: Mondelez)

Le géant américain de l’alimentation Mondelez International va produire et commercialiser les spéculoos de Lotus Bakeries en Inde. Le marché indien en pleine croissance s’ouvre immédiatement au fabricant de spéculoos coté en bourse et détenu par les familles Boone et Stevens. La multinationale Mondelez est dirigée depuis 2017 par le Belge Dirk Van De Put, aujourd’hui âgé de 64 ans. C’est Van De Put lui-même qui propose l’accord avec le PDG de Lotus, Jan Boone. La collaboration entre les deux groupes est remarquable. C’est la première fois que Boone accorde une licence de production à un concurrent. Les deux entreprises collaboreront également sur des innovations chocolatées co-marquées, combinant les spéculoos de Biscoff avec Cadbury, Milka et d’autres marques de Mondelez en Europe, avec la possibilité d’une expansion mondiale. La nouvelle a immédiatement fait grimper le cours de l’action Lotus de 400 euros, ce qui représente une plus-value de 160 millions d’euros pour la famille Boone.

Continuer à lire…


L’entreprise pharmaceutique liégeoise Mithra dépose les comptes : la fin d’une mauvaise saga

François Fornieri (Photo: Belga Images)

A Liège, le conseil d’administration de la société de contraceptifs cotée en bourse Mithra a déposé les comptes. Entre-temps, des négociations sont en cours pour la vente de certains actifs de l’entreprise, dont son unité de production de médicaments, également située à Liège. Mithra a été créée il y a un quart de siècle par François Fornieri et a été décrite comme l’exemple même d’une entreprise pharmaceutique wallonne prospère, l’avenir de la Wallonie en d’autres termes. Mais Fornieri a été rattrapé par son propre succès liégeois. Lorsque, avec Stéphane Moreau, alors chef du PS liégeois, il a voulu démanteler les Nethys intercommunales en sa faveur, il se heurte à la résistance d’Elio Di Rupo, alors premier ministre wallon, ce qui entraîne la chute de Fornieri et, à terme, celle de la société Mithra. Le patrimoine de Fornieri, qui s’élevait à plus de 200 millions d’euros, est ainsi réduit à 4 millions d’euros.

Continuer à lire…


Les élections et ‘Les Grandes Fortunes’: gagnants et perdants

Yvan Verougstraete

Entrepreneurs et politique, c’est rarement une combinaison heureuse. Le modèle de compromis politique lent de la Belgique n’est pas très compatible avec la rapidité de prise de décision de l’entrepreneur. Pourtant, certains entrepreneurs aiment s’aventurer en politique, avec plus ou moins de succès. En Wallonie, pour Yvan Verougstraete, fondateur de la chaîne Medi-Market, cette élection a été un succès absolu. Avec plus de 63 000 voix préférentielles, il devient un nouveau député européen en tant que tête de liste des Engagés. En Flandre, les cartes sont différentes.L’entrepreneur anversois Christian Leysen s’est retiré après une période peu glorieuse en tant que député de l’Open VLD et ne s’est pas représenté. L’entrepreneur de Courtrai Ivan Sabbe a ensuite fait un pas remarquable en tant que député du nouveau parti « Voor U », ce qui lui a valu 296 votes préférentiels.

Continuer à lire…


Sur ‘Les Grandes Fortunes’ et le nombre de milliardaires

Le 4 juin, Raoul Hedebouw, président du PTB, a déclaré lors de l’émission ‘De verkiezingstafel van Gert’ : « Nous avions 1 milliardaire, en euros, en Belgique dans les années 2000. Nous en sommes aujourd’hui à 41 milliardaires, donc les riches sont de plus en plus riches ». Hedebouw utilise cet argument pour plaider en faveur d’un impôt sur la fortune ou d’un impôt sur les millionnaires. « Est-il vrai que le nombre de milliardaires en Belgique est passé de 1 à 41 ? a demandé Factcheck.vlaanderen. Ivo Flachet, porte-parole du PTB, s’est référé à un livre du journaliste Ludwig Verduyn datant de 2000 : « Dans ce livre, la famille Janssen d’UCB est la seule à avoir franchi la barre du milliard. Et les 200 familles les plus riches avaient alors un patrimoine de 28 milliards d’euros. Avec la liste actualisée de Verduyn, nous constatons que 41 familles ont un patrimoine supérieur à un milliard d’euros. Et les 200 familles les plus riches ont maintenant un patrimoine total d’environ 150 milliards ». Le fait est que notre site web est le seul instrument de mesure permettant d’approcher la richesse au plus près. Nos rédacteurs travaillent quotidiennement à des mises à jour basées sur de nouveaux chiffres. Le raisonnement du PVDA relève de l’opportunisme politique.

Continuer à lire…


MEDIA – Paul Gheysens injecte 22 millions d’euros dans sa société de médias déficitaire

Paul Gheysens (Photo: Belga Images)

Le promoteur et constructeur immobilier ouest-flamand Paul Gheysens, propriétaire du groupe Ghelamco, a augmenté de 22 millions d’euros le capital de son entreprise de médias, le Groupe GM. C’est du moins ce qu’affirme le site web Business AM, une division du Groupe GM. L’acte d’augmentation de capital n’a pas encore été publié au Journal officiel. Il y a quelques mois, le Groupe GM a mis un terme à son ambition de lancer une radio numérique d’information. L’entreprise se concentre désormais sur un certain nombre de bulletins d’information thématiques qu’elle envoie à ses abonnés. Il y a deux semaines, le journaliste politique Wouter Verschelden a annoncé qu’il quittait GM, société dont il était également actionnaire. Il a ensuite lancé sa propre lettre d’information, W16. A la fin de l’année 2022, le groupe GM affichait une perte de près de 14 millions d’euros.

Continuer à lire…


NOUVEAU – Les frères Vande Vyvere capitalisent et ancrent leur société d’investissement Vybros

Les frères Vande Vyvere. (Photo: Vybros)

Les frères Guy, Jean et Michel Vande Vyvere ont créé le bureau fiduciaire VyvaPower. Cette fondation a pour but d’ancrer les actions du groupe d’investissement Vybros, contraction de « Vande Vyvere Brothers ». Ces trois personnes sont les fils de Philippe Vande Vyvere, lui-même petit-fils de Victor Vande Vyvere. Ce dernier est le fondateur du promoteur immobilier Matexi, le plus grand promoteur de projets résidentiels en Flandre. En 2016, Philippe Vande Vyvere a été racheté par les enfants de Christian Vande Vyvere, un neveu de Philippe. Ce dernier contrôlait un tiers du groupe et avait récolté 123 millions d’euros à l’époque. Vybros se retrouve aujourd’hui avec un capital de 146 millions d’euros. Les frères ont ainsi attiré une trentaine d’investisseurs extérieurs. Depuis, Vybros a investi dans une quarantaine d’entreprises.

Continuer à lire…