NOUVEAU – La Wallonie consacre 55 millions d’euros à la reconstruction du site de Chertal

Le site de Chertal avant le début de la démolition. (Photo : sdchertal)

Le holding d’investissement « Espace Financement », détenu par la Région wallonne, a créé la nouvelle filiale « Sorecher », en abrégé « Société de Reconversion de Chertal ». Celle-ci recevra immédiatement un capital de 55 millions d’euros. Chertal est une langue de terre allongée, une véritable île, située au nord de Liège. Le site se trouve sur le territoire des communes d’Oupeye et de Herstal et est délimité par la Meuse à l’est, le canal Albert à l’ouest. En 2022, le démantèlement de la grande entreprise sidérurgique implantée sur le site, propriété du groupe Arcelor Mittal, a débuté. Le démantèlement du site industriel de 185 hectares devrait être achevé en 2026. Un parc industriel y sera alors planté ainsi qu’une partie du boisement en feuillus à usage industriel.

Continuer à lire…


NOUVEAU – Anna Chapelle rapatrie l’entreprise suisse « Ervaringen ».

Anne Chapelle. (Photo: RV)

Anna, Anne, Chapelle, 65 ans, entrepreneuse de mode basée à Anvers, a transféré la société « Ervaringen » de Lugano, en Suisse, à Anvers. « Ervaringen » est une société de conseil dans le domaine du luxe et de la mode qui dispose d’un réseau dans l’industrie mondiale de la mode et du capital-investissement. Elle est détenue à parts égales par Anna Chapelle et Stijn Schoenmaekers. Anna Chapelle est depuis longtemps une entrepreneuse de premier plan dans l’industrie belge de la mode. En 2013, elle a racheté la marque de mode Ann Demeulemeester, qu’elle a vendue à l’entrepreneur italien Claudio Antonioli en 2020. Les choses ne se sont pas passées aussi bien pour sa marque Haider Ackermann. Celle-ci a déposé le bilan en 2022.

Continuer à lire…


Dreambaby et le retour de la famille Vanhalst

Le distributeur Colruyt Group, détenu par la famille du même nom, a conclu un accord avec la direction de Supra Bazar pour la vente de 100 % des actions de Dreambaby. Supra Bazar est détenu par Geert Vanhalst et sa famille et est devenu l’un des plus grands acteurs de la vente au détail en Flandre occidentale dans le segment non alimentaire, avec cinq magasins Supra Bazar. Vanhalst a également repris récemment les magasins conceptuels Kabine, avec deux succursales et un bar à café sur la côte. À présent, 27 magasins Dreambaby viendront s’y ajouter. Pour la famille Vanhalst, l’opération actuelle marque un retour au premier plan de l’économie. En 2021, le monde de l’entreprise a été surpris par la nouvelle que le parquet de Flandre occidentale avait lancé une enquête à grande échelle sur une éventuelle fraude à l’héritage et un blanchiment d’argent impliquant Geert Vanhalst et sa sœur Nadine. Après ces informations, l’affaire est restée calme et n’a plus fait parler d’elle. Son issue n’est donc pas claire.

Continuer à lire…


Le Belge le plus riche, Eric Wittouck, encaisse 122 millions d’euros sur les actions Cava

(Photo: Cava Group)

Le Belge le plus riche Eric Wittouck vend deux millions d’actions du groupe Cava, une chaîne de restauration rapide méditerranéenne aux États-Unis proposant des plats tels que pita, falafel, houmous et salades. Il récupère ainsi 132 millions de dollars, soit 122 millions d’euros. Plus tôt dans l’année, en février, il avait déjà vendu 3,5 millions d’actions à 53,60 dollars pour un total de 188 millions de dollars. Ensemble, les deux opérations représentent 320 millions de dollars. Eric Wittouck est actuellement le premier actionnaire de Cava Group. En 2021, il a payé 190 millions de dollars pour 32% des actions de Cava Group. Après les deux opérations de vente, cette participation vaut aujourd’hui 1,8 milliard de dollars au cours actuel de l’action. La gestion opérationnelle du patrimoine familial est actuellement assurée par Amaury Wittouck, fils d’Eric Wittouck, 77 ans. Amaury Wittouck est également président du groupe luxembourgeois Artal, le groupe d’investissement de la famille.

Continuer à lire…


Qui savait ce qu’il y avait au menu de What’s Cooking?

Piet Sanders, PDG de What’s Cooking? (Photo: What’s Cooking?)

Le groupe de produits carnés What’s Cooking?, coté en bourse et détenu majoritairement par la famille Coopman, cherche un acheteur pour sa division « garnitures salées ». Cette division charcuterie est liée au démarrage de l’entreprise en tant que producteur de salami et a représenté un chiffre d’affaires de 464 millions d’euros l’année dernière. C’est plus que la division « plats préparés » de l’entreprise, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 369 millions d’euros. Mais les bénéfices de la division charcuterie sont déjà beaucoup moins savoureux et beaucoup moins élevés que ceux des plats préparés, y compris la marque « Come a casa ». Apparemment, la bourse était occupée à anticiper cette décision drastique de l’entreprise qui a été annoncée aujourd’hui. Le 24 février de cette année, les actions de l’entreprise de produits carnés ont atteint un niveau plancher de 56,4 euros par action. Un mois plus tard, sans beaucoup d’autres nouvelles, le cours de l’action a explosé pour atteindre 75 euros, avant de retomber à 65 euros. Aujourd’hui, un mois plus tard, lorsque la nouvelle a été annoncée, le cours de l’action a bondi de 15 % pour atteindre 77 euros.

Continuer à lire…


Dominiek De Clerck à la tête de Beaulieu, le fils prodigue est de retour

Dominiek De Clerck. (Photo: Belga Images)

Surprise après surprise chez Beaulieu, la multinationale de revêtements de sol de la famille De Clerck, établie à Waregem. À peine un mois après avoir été nommé président, Dominiek De Clerck rejoint temporairement le géant des revêtements de sol, toujours détenu par la famille, en tant que CEO. L’actuel CEO Pol Deturck se retire car Beaulieu doit revoir sa stratégie à la baisse. Dominiek De Clerck, plus connu comme propriétaire de la petite banque CKV, a passé des années à intenter des procès à ses frères pour réclamer sa part de l’héritage du géniteur Roger De Clerck. Il est connu pour ne pas s’entendre avec son frère Francis. Pendant des années, il a été tenu à l’écart des affaires. Aujourd’hui, il est soudainement président et administrateur délégué. C’est peut-être une douce revanche pour Dominiek De Clerck, le fils cadet de Roger De Clerck. Mais sur le plan industriel, tout indique que Beaulieu traverse une période de plus en plus difficile.

Continuer à lire…


NOUVEAU – Dries Van Noten choisit de se retirer avec un patrimoine de 62 millions d’euros

Dries Van Noten (Photo: Belga Images)

« Je suis à la fois triste et heureux d’annoncer à Julie que je quitterai mes fonctions à la fin du mois de juin. Je me suis préparé à ce moment depuis un certain temps et je pense qu’il est temps de laisser la place à une nouvelle génération de talents pour libérer leur vision de la marque. » C’est par ce passage d’une longue lettre que le créateur de mode Dries Van Noten annonce son départ imminent. Van Noten peut ainsi conclure une carrière couronnée de succès. Une réussite non seulement sur le plan créatif, mais aussi sur le plan financier. En 2018, il a vendu l’ensemble de son entreprise au groupe espagnol Puig, propriétaire de marques telles que Jean Paul Gaultier, Nina Ricci, Carolina Herrera et Paco Rabanne, pour un chiffre d’affaires annuel de plus de 4 milliards d’euros. Les Espagnols ont mis 51,9 millions d’euros sur la table pour la maison de couture anversoise. À l’époque, cela correspondait à peu près à une fois le chiffre d’affaires de Van Noten ou à dix fois son bénéfice net. Au cours des dix années précédentes, Van Noten s’est versé un dividende annuel brut de 2 millions d’euros. Tout cela porte ses avoirs accumulés à 62 millions d’euros.

Continuer à lire…


NOUVEAU – La famille Van Hool cherche depuis des années 4 millions d’euros pour la villa du fondateur Bernard Van Hool

C’est peut-être un symbole de la triste saga de la famille Van Hool et de la compagnie d’autobus du même nom. À Lier, la Hof van Lachenen est en vente depuis au moins cinq ans. Le Hof van Lachenen est le domaine où feu Bernard Van Hool, fondateur de la compagnie de bus et père des 10 enfants et petits-enfants concernés, a vécu pendant de nombreuses années. Le domaine est aujourd’hui mis en vente pour 3,95 millions d’euros. Le domaine comprend deux villas, plusieurs garages, un court de tennis et un jardin d’hiver. La villa a besoin d’être rénovée. La propriété est séparée de l’activité industrielle de la famille et appartient aux branches familiales qui ont été rachetées précédemment.

Continuer à lire…


NOUVEAU – Jan Ollevier affiche un bénéfice de 62 millions d’euros après le départ partiel de Vendis

Giane Van Landuyt, CEO de Beliving. (Photo: LinkedIn)

Le spécialiste de la distribution ouest-flamand Jan Ollevier, toujours discret, et son holding Sakolaki ont enregistré un bénéfice net de 62 millions d’euros au cours de l’exercice écoulé, qui s’est terminé fin septembre 2023. L’année précédente, ce bénéfice s’élevait à 34 millions d’euros. Ollevier est le fondateur de trois chaînes de magasins : X2O est spécialisée dans l’aménagement de salles de bains, Exterioo est le leader du marché belge du mobilier de jardin et Juntoo propose une gamme d’articles d’intérieur. Ces deux dernières font partie du holding Beliving. Le fonds d’investissement spécialisé dans la distribution Vendis est entré au capital du groupe en 2016. Mais en mars dernier, Ollevier a racheté la participation de Vendis dans la holding Beliving. Vendis reste toutefois présent dans X2O. Beliving, quant à elle, s’est dotée d’un nouveau CEO en la personne de Giane Van Landuyt.

Continuer à lire…


‘De Rijkste Belgen’ devient « Les Grandes Fortunes » en français

A partir d’aujourd’hui, le site ‘De Rijkste Belgen’ a un pendant francophone et ce à l’adresse www.lesgrandesfortunes.be. Le site francophone propose désormais une version française de tous les articles publiés sur les tenants et aboutissants des Belges fortunés. La liste des Belges les plus fortunés est également disponible en français. Pour l’instant, cet aperçu se limite encore aux 50 plus grandes fortunes, mais il s’enrichira progressivement de nouveaux noms. « Depuis le début, la rédaction a toujours choisi pour les Belges les plus riches, ce qui nous a permis d’accorder une attention particulière au sud du pays », explique Ludwig Verduyn, rédacteur en chef de De Rijkste Belgen/Les Grandes Fortunes. « L’accumulation de richesses s’est développée historiquement à partir de la Belgique francophone et s’est étendue à la Flandre. Nous devons connaître notre passé pour comprendre le présent. Avec « Les Grandes Fortunes » l’accent mis sur la Belgique francophone devient concret. Le site “Les Grandes Fortunes” est soutenu par Facebook, LinkedIn, X et Instagram.