L’opportunisme sauvage de Stijn Van Rompay (et une « erreur non monétaire »)

Stijn et son père Léon Van Rompay. (Photo: ID Images)

La négociation des actions de la société biopharmaceutique Liègeois Hyloris a été et reste suspendue pour le moment. Dans un communiqué de presse, la société indique qu’une « erreur sans effet sur la trésorerie » est à l’origine de cette interruption. Une enquête forensique sera menée à la demande de KPMG, à la recherche de traces d’éventuelles pratiques criminelles ou non criminelles. Il s’agit d’une transaction antérieure avec la société néerlandaise Qliniq, qui a été inscrite dans les comptes comme un paiement de 2 millions d’euros, alors qu’il s’agissait en fait d’un échange. Il s’agit désormais d’une « erreur non monétaire » qui entraîne une diminution d’un tiers du chiffre d’affaires d’Hyloris, qui passe de 3 à 2 millions d’euros, et une augmentation de 10 % de sa perte, qui passe de 10,8 à 11,8 millions d’euros. Hyloris est la société de Stijn Van Rompay, l’entrepreneur pharmaceutique qui semble avoir hérité du sens de l’opportunité de son père Léon.

Continuer à lire…


NOUVEAU – 8 millions d’euros de dividendes pour la famille Danis

La famille Danis de Flandre occidentale, leader du marché belge de l’élevage porcin, a pu clôturer l’exercice à la fin du mois de septembre de l’année dernière avec un chiffre d’affaires du groupe de 509 millions d’euros, contre 459 millions l’année précédente. Avec un cash-flow de 23 millions d’euros, elle a pu réaliser un bénéfice net de 14 millions d’euros, contre un bénéfice de 1,8 million l’année précédente. Cela a permis de dégager immédiatement un dividende brut de 8 millions d’euros. L’entreprise est dirigée par Stefaan Lambrecht, marié à Ann Danis, l’une des deux filles de feu Jospeh Danis, le fondateur de l’entreprise. Un nouveau calcul porte le patrimoine de la famille Danis à 77 millions d’euros.

Continuer à lire…


NOUVEAU – Dix millions d’euros de capital frais pour Grandeco (qui devient le leader du marché européen)

Patrick Molemans, CEO de Grandeco. (Photo: LD)

Le fabricant de décoration murale ‘The Wallfashion House’, basé à Tielt, a augmenté son capital de 10 millions d’euros pour le porter à 23 millions d’euros. L’augmentation de capital fait suite à l’annonce de l’acquisition par l’entreprise de Flandre occidentale d’une participation majoritaire dans son concurrent allemand Rasch. The Wallfashion House » est toujours connue sous sa marque d’origine, Grandeco. Fondée à l’origine au sein du groupe Balta de Filip Balcaen, l’entreprise a été rachetée par Gimv en 2007 et, en 2020, elle est devenue la propriété à 55 % du fonds d’investissement Down2Earth. L’acquisition de Rash porte le chiffre d’affaires de l’entreprise à 150 millions d’euros et en fait le leader du marché européen dans sa spécialité, la décoration murale, avec des papiers peints de toutes formes et de tous grammages.

Continuer à lire…


10 euros pour le château Le Richmond à Godinne

Le marché de l’immobilier est à la peine, mais un segment de celui-ci se porte particulièrement mal : les châteaux et les demeures historiques. Il n’est plus possible de s’en débarrasser. Il est pratiquement impossible de trouver des acheteurs pour les châteaux. Les propriétés sont trop chères à l’achat, trop chères à entretenir et surtout trop chères à chauffer. Les propriétaires doivent faire preuve d’une grande créativité pour survivre. Et les vendeurs doivent en rajouter. Prenons l’exemple de Valère Duchenne, propriétaire du château de Le Richmond, situé dans la vallée de la Meuse et datant de 1710. La propriété est en vente depuis 15 ans et est ce que les agents immobiliers appellent « brûlée ». C’est pourquoi Duchenne a mis en place une loterie alternative. En Belgique, les vraies loteries sont illégales et ne sont que le privilège de l’État, par l’intermédiaire de la Loterie nationale.Le propriétaire du château a donc organisé un concours : devinez la valeur estimée du château et gagnez !Coût par bulletin de participation : 10 euros. Avec 150 000 participants, Duchenne gagne 1,5 million d’euros. Ce doit être à peu près le prix.

Continuer à lire…


NOUVEAU – La famille Lippens augmente le capital de Futerro et s’associe au géant français du sucre Tereos

La société belge Futerro augmente son capital de 5 millions d’euros pour le porter à 14 millions d’euros. Futerro est le numéro deux mondial de la production de bioplastiques utilisant l’amidon de blé comme matière première. Il s’agit d’emballages biodégradables qui ne sont pas des dérivés du pétrole. Il a été récemment annoncé que le deuxième groupe sucrier mondial, le français Tereos, construira avec Futerro une usine en Normandie pour produire 150 000 tonnes par an de dextrose, c’est-à-dire de glucose dérivé de l’amidon de blé. Ce glucose sera transformé en plastique recyclable et industriellement compostable dans la future bioraffinerie de Futerro, qui sera également construite en Normandie. La société holding cotée en bourse de la famille Paquot, Bois Sauvage, détient une participation de 19 % dans Futerro, dont environ la moitié directement et le reste indirectement par l’intermédiaire de la société belge Galactic, qui détient 77,2 % de Futerro.
Galactic, à son tour, est détenue majoritairement par la société holding de la famille Lippens, Finasucre. Finasucre est également actionnaire direct de Futerro à hauteur de 12,5 %.

Continuer à lire…


L’investissement de plusieurs millions d’euros des familles Vandermarliere et Vanbiervliet à Ténérife rencontre une opposition massive

Ce devait être le premier grand projet touristique sur l’île espagnole de Ténérife après la crise de la corona : la Cuna del Alma. Les familles de Flandre occidentale Van Biervliet et Vandermarliere, qui ont bâti des fortunes respectivement dans l’immobilier et dans l’industrie du tabac, devaient investir 340 millions d’euros dans le développement de 420 unités résidentielles sur les flancs d’une colline surplombant le petit port de Puertito, près de la célèbre Adeje. Mais l’ambition immobilière des deux familles semble de plus en plus irréalisable. Le projet, baptisé Cuna del Alma, qui signifie autant que l’âme, a provoqué une levée de boucliers sans précédent de la part des habitants. Leur message est clair : trop c’est trop. Tenerife a été bétonnée, la nature est opprimée et, surtout, les habitants n’en retirent pas un euro de plus, disent-ils.

Continuer à lire…


NOUVEAU – Gino De Raedt et Philippe Van de Vyvere investissent chacun 6 millions dans G & P Venture

Philippe Van de Vyvere (à droite) en compagnie de Charles Michel. (Photo : Belga Images)

Le holding G & P Venture a augmenté son capital de 12 millions d’euros pour le porter à 25 millions d’euros. Ces nouveaux capitaux ont été apportés à parts égales, soit 6 millions d’euros chacun, par le holding luxembourgeois Sea Invest et le belge Straco. Sea Invest appartient à l’entrepreneur portuaire gantois Philippe Van de Vyvere. Straco, quant à elle, est le véhicule d’investissement du couple de milliardaires Gino De Raedt et Frederica Verheyden, qui ont bâti leur fortune avec le groupe Medina lab. Le principal actif de G & P Venture est une participation de 17,7 % dans la Compagnie Het Zoute, le promoteur immobilier de Knokse détenu par la famille Lippens.

Continuer à lire…


NOUVEAU – HG Capital met 166 millions d’euros sur la table pour l’acquisition des courtiers d’assurance belges Induver et Clover

(Photo: Pixabay)

Le groupe britannique HG Capital investit 166 millions d’euros dans Clover Holding. L’opération s’inscrit dans le cadre de l’acquisition par HG des courtiers d’assurance belges Induver et Clover. Ce dernier est déjà présent en Belgique en tant qu’actionnaire de Team.blue, le holding dans lequel Jonas Dhaenens a apporté sa société Combell. En outre, les Britanniques sont actionnaires minoritaires du groupe de logiciels norvégien Visma. Ils sont également actionnaires du groupe d’assurance Howden, déjà présent en Belgique. Ensemble, Induver et Clover contrôlent neuf bureaux en Belgique. Le secteur du courtage d’assurances est en cours de consolidation en Belgique depuis un certain temps.

Continuer à lire…


NOUVEAU – Jos Sluys renforce les actifs familiaux au sein de STAK Saffelberg

Jos Sluys (Photo: Saffelberg)

L’investisseur brabançon Jos Sluys a créé la Stichting Administratiekantoor Saffelberg pour rationaliser les actifs de sa famille. En 2007, Jos Sluys a vendu son entreprise de logiciels Arinso au groupe Northgate pour 375 millions d’euros. Il a réinvesti le produit de cette vente dans le holding Saffelberg Investments. Après son éventuel décès, la STAK Saffelberg sera détenue par sa compagne Anne De Martelaere, Luc Osselaer, son bras droit depuis de nombreuses années, et son frère Chris, qui a travaillé chez Barco pendant six ans et se concentre désormais sur le management intérimaire. Jos Sluys a deux filles et un fils. Lorsque sa fille Lili aura 40 ans, en 2039, la gestion de la fondation familiale pourra être confiée à la génération suivante. Jos Sluys aura alors 75 ans.

Continuer à lire…


La société de capital à risque CVC achète « House of Talents » (et lance Steve Rousseau dans le grand public)

Steve Rousseau (Photo: House of Talents)

La société de capital à risque CVC, représentée en Belgique par Steven Buyse, achète la majorité des actions de la société d’intérim « House of Talents », spécialisée dans le pourvoi de postes goulots d’étranglement. CVC achète les actions du milliardaire Filip Balcaen et de Steve Rousseau, fondateur de la société d’intérim et demi-frère de l’homme politique Conner Rousseau, qui a fait couler beaucoup d’encre. De nombreux détails sur la transaction ne sont pas encore disponibles, mais la société rachetée serait évaluée à plus de 500 millions d’euros. Rousseau en est à son troisième bailleur de fonds externe et contrôlerait un peu moins de 20 % de la société, soit potentiellement 100 millions d’euros. Cela porte les actifs de Rousseau à 130 millions d’euros. Il prévoit d’utiliser ces nouveaux fonds pour accélérer la croissance internationale de son entreprise. Vous pouvez lire son histoire ici.

Continuer à lire…